Accueil

GEOGRAPHIE de la DOMINIQUE

Cartes Dominique

 Petit Etat des Antilles situé entre la Guadeloupe, au nord, et la Martinique, au sud, la Dominique est membre du Commonwealth. L'héritage britannique, qui se traduit dans la vie politique, n'a pas éclipsé le legs de la colonisation française comme le montrent le maintien de la religion catholique et l'usage du créole.

Îlot de la guirlande volcanique des Petites Antilles, la Dominique (751 km2), dominée par le volcan morne Diablotin (1.477 m), se distingue radicalement des autres Antilles; elle possède un relief très accidenté qui laisse peu de place aux étroites plaines côtières et entrave les communications. Les côtes déchiquetées sont surmontées de falaises; le rivage comporte peu de plages et celles-ci sont de sable gris ou de galets. Favorisée par un climat tropical humide, la forêt sempervirente occupe la majorité du territoire, massif montagneux parcouru de torrents (Layou, Roseau, Quanery) aux chutes spectaculaires et qui culmine, vers le nord, au morne Diablotin et, vers le sud, au morne Trois-Pitons (1.387 m); cette dernière région est un pôle d'attraction touristique. Dans les forêts inviolées de la Dominique, les oiseaux abondent; un perroquet, le sisseron, est devenu l'emblème du pays. Au nord de Portsmouth, la baie Douglas abrite un magnifique récif corallien. 

La densité de peuplement atteint 133,1 h./km². Roseau, la modeste capitale, ne compte que 15.000 habitants. La population, estimée à 100.000 habitants, se compose essentiellement de Noirs (91 %) ; un millier de Zambos (métis d'Indiens Caraïbes et de Noirs) vivent dans une réserve forestière de 1.800 hectares située à 40 km de Roseau. La majorité de la population parle le créole, bien que l'anglais soit la langue officielle. Malgré un PNB par habitant modeste (2.990 dollars), la population jouit d'une espérance de vie au-dessus de la moyenne mondiale (77 ans), d'un niveau d'alphabétisation remarquable (96 %) et d'un régime alimentaire convenable. L'émigration a constitué un exutoire et les transferts de fonds des émigrés représentent un apport important pour l'île, régulièrement frappée par des cyclones (en 1979 et en 1986, les cyclones David et Hugo ont ravagé l'île et meurtri sa population: des milliers de blessés, les deux tiers des habitants privés de toit). La côte ouest, sous le vent, abrite les deux villes importantes: Roseau, au sud, et Portsmouth (3.621 habitants), au nord. Sur la côte est, Marigot (2.919 habitants) regroupe des maisons en bois.