Accueil

L'HISTOIRE de la JAMAIQUE

Cartes Jamaique

 Le mot Jamaïque vient du nom Xaymaca que les Indiens Arawaks avaient donné à cette île. Découverte par Christophe Colomb en 1494, la Jamaïque a été occupée par les Espagnols jusqu'en 1655. Elle passe ensuite aux mains des Anglais (traité de Madrid, 1670). 

La Jamaïque devient un centre de contrebande anglaise vers les possessions espagnoles d'Amérique du Sud. Comme dans les autres îles antillaises, les colons organisent une économie fondée principalement sur la canne à sucre. Ils emploient une main-d'œuvre servile importée d'Afrique par les navires négriers. Des révoltes entraînent l'abolition de l'esclavage en 1833. 

En 1866, l'Angleterre accorde une Constitution à sa colonie jamaïcaine. Des courants nationalistes prennent de l'ampleur pendant la première moitié du XXe siècle. La Jamaïque obtient l'autonomie interne dans les années 1950. De 1958 à 1961, elle fait partie de l'éphémère Fédération des Indes-Occidentales, dissoute en 1962, qui regroupait les Antilles britanniques. Le 6 août 1962, la Jamaïque proclame officiellement son indépendance puis rejoint les rangs du Commonwealth et des Nations unies. L'élection de Michael Norman Manley en mars 1972 amène la gauche au pouvoir; ce gouvernement sera influencé par le modèle cubain. En raison d'une flambée de violence dans la capitale, l'état d'urgence a été décrété de juin 1976 à juin 1977. La droite revient au pouvoir en 1980, elle rompt les relations diplomatiques avec Cuba. Michael Norman Manley revient momentanément au pouvoir de 1989 à 1992, avant que le nouveau Premier ministre, Percival Patterson, candidat de droite, n'applique une politique économique libérale. 

Le chef de l'État est la reine Élisabeth II, représentée par le gouverneur Florizel Glasspole. Deux partis dominent la scène politique, le Jamaïcan Labor Party (JLP) et le People's National Party (PNP). 

La Jamaïque a été le point de départ d'un phénomène contestataire des Noirs qui s'est propagé dans toutes les Antilles, sauf à Cuba. Les rastafarians, ou rastas, vouent un culte au Négus, ex-empereur d'Éthiopie, dont le nom de règne était Ras Tafari. L'expression musicale de ce mouvement pacifique est le reggae (chant et danse) et son représentant le plus connu fut Bob Marley (1945-1981), dont l'anniversaire de la mort est devenu jour de deuil national.