Accueil

L'HISTOIRE de TRINITE et TOBAGO

 C'est au cours de son troisième voyage vers le Nouveau Monde que Christophe Colomb découvre, en juillet 1498, la Trinité et Tobago, où s'épanouissait alors une civilisation originale apparentée à la culture indienne. Mais la colonisation espagnole ne commence réellement qu'au XVIe siècle, avec l'importation d'esclaves africains pour la culture de la canne à sucre. La Trinité, cependant, ne compte encore que 18.000 habitants lorsqu'elle devient possession anglaise en 1797. L'île de Tobago, elle, sera intégrée à l'empire britannique en 1814. Afin de développer l'économie de ces îles, les Britanniques vont jusqu'aux Indes orientales (Indonésie) pour y rechercher de la main-d'œuvre. En 1889, l'archipel de Trinité-et-Tobago ne forme plus qu'une seule unité administrative. 

Après plusieurs tentatives infructueuses, le Royaume-Uni met sur pied en 1958 la fédération des Indes-Occidentales qui aurait dû aboutir à la création d'un dominion et renforcer la coopération entre les îles. Mais, quatre ans plus tard, les conflits ethniques et les rivalités économiques font éclater ce groupement d'Etats. L'archipel de Trinité-et-Tobago accède à l'indépendance le 31 août 1962, tout en restant membre du Commonwealth, et se voit admis aux Nations unies. 

Le Premier ministre Eric Williams (1911 — 1981) assura à son pays, de 1956 à sa mort, une grande stabilité. Le Mouvement national du peuple (PNM) a remporté les élections législatives de 1991; son leader, Patrick Manning, a été nommé Premier ministre. Depuis plusieurs années, les dirigeants doivent faire face à des émeutes populaires nées des difficultés économiques et des antagonismes raciaux. Le chômage et le sous-emploi sont un des maux permanents de l'île de la Trinité, et une grande partie de la population revendique la nationalisation des productions sucrières et pétrolières qui sont sous le contrôle de sociétés étrangères.